Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Solistes valaisans: Oriane Brückel réussit le triplé

Oriane Brückel au cornet
Oriane Brückel n’a pas tremblé et a réussi le triplé, devant deux barytons : la Haut-Valaisanne Lea Fugnanesi, de Loèche-les-Bains, et Antoine Zeiter, de St-Maurice, qui était aussi le plus jeune finaliste. En minime, Léa Boulnoix reprend son titre avec maestria. Victoires du Team Libreville en quatuors et du quartet DOFA en ensembles.

Lors de ce 28e Championnat valaisan de solistes juniors et de quatuors (CVSJQ), les salles Recto-Verso et Giorla à Grône ont vibré samedi aux sons de quelque 360 instrumentistes. Point d’orgue de la journée, la Grande Finale a bien sûr représenté le clou artistique de la manifestation et un feu d’artifice de virtuosité.

Une nouvelle fois, le niveau général des prestations a enthousiasmé non seulement le public, mais aussi et surtout les membres du jury. Lors de la Grande Finale, Oriane Brückel (cornet, Lyre de Conthey, BB 13*, 98,5 points) confirme sa domination et aussi celle des jeunes filles puisque sa dauphine est la Haut-Valaisanne, Lea Fugnanesi (baryton, Gemmi de Loèche-les-Bains, BB 13* B, 97,5). Elle précède Antoine Zeiter (baryton, Agaunoise de St-Maurice, EC Ambitus, 96,5) qui remporte le prix «Nouvelliste» du plus jeune finaliste.

Lea Fugnanesi au baryton
Lea Fugnanesi, vice-championne valaisanne 2023 toutes catégories.

Chez les minimes, les cornets dominent: Léa Boulnoix (Lyre de Conthey) reprend son titre devant Louis Bolis (Echo d’Orny d’Orières) et Evan Vergère (Concordia de Vétroz).

Léa Boulnoix au cornet
Léa Boulnoix, championne valaisanne 2023 des minimes (10-13 ans).

Un fanatisme de bon aloi

A l’issue de la finale, le compositeur belge Jan Van der Roost – il a reçu le mandat d’écrire le morceau imposé du Championnat suisse 2024 – ne tarissait pas d’éloges: «J’ai été expert et ai visité une cinquantaine de pays de par le monde: un tel niveau de qualité n’existe nulle part ailleurs. Et il faut imaginer tout le travail qu’il y a derrière ces prestations.» Et le président du jury d’ajouter : «Il faut un véritable fanatisme, au sens le plus positif du terme, pour atteindre une telle excellence. Et quand on voit, lors des résultats, que ce sont des (tout) jeunes qui ont joué ainsi, on est époustouflé.»

Légende britannique du cornet, Roger Webster a pour sa part relevé la superbe virtuosité générale et, en particulier, en finale. Quant à Alexis Demailly, trompette solo de l’Orchestre national de l’Opéra de Paris et ancien cornet principal de Paris Brass Band, il a souligné la différence par rapport à la France: «Nos deux pays sont très proches, aussi par la culture. Mais là où les musiciens français vont voir des notes et des rythmes, vous sentez ici déjà un phrasé et une musicalité qui font plaisir à entendre.»

Une majorité de filles

Cette année, 300 solistes s’étaient inscrits pour se mesurer dans le cadre de l’une des plus grandes compétitions musicales de Suisse. Lors de la première édition du CVSJQ, en 1995, les filles ne représentaient «que» 30% des instrumentistes en lice. Dans l’intervalle, la participation globale a plus que doublé et les jeunes filles ont fait mieux que combler leur retard: cette année, elles étaient en majorité, à 52.5%. Une première dans l’histoire du concours. Il y avait en effet 156 filles pour 141 garçons. La preuve qu’en Valais, les cuivres ont un souffle toujours plus féminin. 

Tous les champions juniors et cadets

Outre les finales, le CVSJQ décerne un titre pour chacune des cinq catégories en lice. En cadets (14-16 ans), les champions sont : Nathan Kühni (Union instrumentale de Troistorrents, EC Ambitus), chez les cornets, bugles et trompettes, Tom Blanchut (Collongienne de Collonges) qui signe un doublé chez les altos, tout comme Antoine Zeiter (Agaunoise de St-Maurice, EC Ambitus) chez les barytons et euphoniums. Vincent Pralong (Echo de la Dent blanche des Haudères) l’emporte chez les trombones et Sébastien Perez (Collongienne de Collonges) chez les basses.

En juniors (17-20 ans), Oriane Brückel (Cornet, Lyre de Conthey, BB 13*) remporte aussi le titre dans la catégorie des cornets, bugles et trompettes. Les autres victoires vont à Théo Frossard (Union instrumentale de Liddes) qui signe un doublé chez les altos, à Tiago Gonçalves (Cécilia de Chermignon) chez les basse, Lea Fugnanesi (baryton, Gemmi de Loèche-les-Bains, BB 13* B) chez les euphoniums/barytons et à Baptiste Bobillier (Echo d’Orny d’Orsières, EC Ambitus) chez les trombones.

Des experts de très haut niveau

Pour départager tous ces concurrents, les organisateurs avaient fait appel à huit experts qui, par souci d’impartialité, viennent tous de l’extérieur du canton. Trois venaient de l’étranger : le fameux compositeur belge Jan Van der Roost, président du jury, mais aussi la légende anglaise du cornet, Roger Webster, et Alexis Demailly, trompette solo de l’Orchestre national de l’Opéra de Paris et ancien cornet principal de Paris Brass Band. Ils ont été épaulés par cinq jurés helvétiques extérieurs au canton: Michael Bach (BE), Serge Gros (VD), Marc Jeanbourquin (JU/FR), Ueli Kipfer (BE) et Dominique Morel (FR).

Une compétition très exigeante

Le déroulement du concours voit les éliminatoires se tenir le matin. Le championnat proprement dit se déroule l’après-midi tandis que les finales des minimes et des juniors se passent en soirée à la salle Recto-Verso. Il y a un seul jury pour les qualifications du matin qui restent un obstacle toujours très difficile à franchir.

En effet, seuls 80 solistes (répartis également entre les 108 petits et 99 gros instruments) ont eu le droit de jouer l’après-midi (dès 13h30) dans le cadre du Championnat valaisan où les experts fonctionnent en tandem. Soit, grosso modo, une chance de qualification sur trois! Et ensuite, une sur dix pour accéder à la Grande Finale.

Des soutiens importants

Quelque 200 bénévoles collaborent pour assurer la réussite de la manifestation qui est organisée par la Persévérante de Plan- Conthey, la Marcelline de Grône et la Concordia de Vétroz. Les éditions d’avant Covid avaient chaque fois attiré plus de 1200 de personnes pour suivre ces joutes de haute qualité musicale. Le succès de ce 28e CVSJQ récompense aussi la générosité des sponsors principaux, la Loterie Romande, Raiffeisen, le Groupe Mutuel, Oiken, l’Etat du Valais et les Associations fédérale et valaisanne des musiques.

Victoires pour Libreville et les frères Robyr

Team Libreville
Le Team Libreville, champion valaisan 2023 des quatuors.

Chez les quatuors de brass «classiques» (deux cornets, un alto et un euphonium), dont c’était la 26e édition (cette catégorie n’a été ouverte qu’en 1997), le Team Libreville issu de Lens et de Vex (Jérémie et Samuel Bonvin, Sébastien et Stéphanie Gaspoz) fait le trou en obtenant 94 points sur la pièce imposée «Children’s Pictures» de Julien Roh. Il précède le Smurfs Quartet (Alex Germanier, Laeticia Baumgartner, Aline Bornet et Adrien Carthoblaz) et The Blondes and the Yellow (Noé Bezençon, Julien Mabillard, Axelle Roux et Léane Balet).
Pour sa troisième édition, le concours des petits ensembles de cuivres (de 3 à 8 musiciens) a vu le trio Doliflo des frères Dominique, Olivier et Florian Robyr de Montana – qui, dans l’intervalle, s’est transformé en quatuor avec l’arrivée d’Antoine Zeiter (qui est aussi un Robyr puisqu’il est le fils de Dominique) et s’appelle désormais DOFA Quartet – conserver son titre en interprétant un arrangement du 2e mouvement du «Quatuor à cordes en fa majeur» de Maurice Ravel (88 points).
Ils l’emportent d’un souffle sur les Lady’sérables (Emilie Vouillamoz, Léa Crettenand, Mégane Zarrillo, Rachel Pellissier et Charlène Crettenand, 87) et The Red Band d’Ayent (Serge Morard, Marie Rey, Eugénie Fardel, Baptiste Cotter, Mathieu Riand, Clémence Morard Jonathan Moullet et Pascal Riand, 88).

Résultats et classements complets sur cvsjq.ch

Partager l'article
Facebook
WhatsApp
Email
Telegram
Table de contenu

Ceci pourrait aussi t'intéresser