Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un festival pour une transformation fédératrice

L’Association Cantonale des Musiques Genevoises (ACMG) va au-devant d’une vague de transformation aux objectifs multiples, musicaux comme administratifs. Avec, à l’horizon 2024, un «Festival des musiques» comme axe fédérateur.

Lors de la dernière assemblée des délégués de l’ACMG, en novembre 2022, Eric Kunz a remis la présidence après 13 années de bons et loyaux services à Nicolas Curti. Cette passation de témoin a été préparée durant les mois qui l’ont précédée. Plusieurs séances de réflexion et de travail ont ainsi visé à optimiser les activités de l’ACMG en fonction des besoins des sociétés et à donner une plus grande visibilité aux activités du milieu de la musique à vent.

Modifier dans la continuité plutôt que chambouler

Il ne s’agit nullement de tout chambouler, mais bien de donner un coup d’accélérateur à toutes les actions déjà menées par le comité précédent depuis de nombreuses années pour garantir la pérennité de l’ACMG. Une optimisation qui s’opère à deux niveaux, à savoir d’une part les objectifs à cinq ans du cœur de toute activité – la musique –, et d’autre part les outils et ressources permettant de les concrétiser.

ACMG devant le mur des réformateurs
L’ACMG, ici devant le mur des réformateurs, n’entend pas réformer, mais bien optimiser.

Vincent Kessi, nouveau président de la commission de musique de l’ACMG, et les trois membres de cette dernière, Matthias Ernst, Samuel Droux et Marion Fretigny, ont établi la liste des missions qu’ils se sont données:

  • renforcer et harmoniser les liens pédagogiques (outils d’enseignement et d’évaluation, harmonisation des formations) avec les responsables des écoles de musiques des sociétés de l’ACMG,
  • consolider les passerelles liant les écoles de musique de l’ACMG avec le conservatoire de musique (CM) et les hautes écoles de musique (HEM),
  • définir et élaborer un plan de relève et de formation pour les sociétés du canton en parfaite cohérence avec les institutions précitées,
  • renforcer et pérenniser les projets en cours et à venir (examens de fin de cycle, orchestre des jeunes, concours genevois des jeunes musiciens).

L’administratif au service de la musique

Autant d’objectifs axés sur le cœur des activités de l’ACMG qui mettent donc la musique au centre de ses préoccupations. Mener à bien l’ensemble de ces actions exige toutefois d’optimiser les processus internes et organisationnels. Là aussi, la liste des tâches est clairement établie:

  • revisiter et réviser les statuts de l’ACMG pour définir une structure de membres permettant une plus grande ouverture sur l’ensemble de la musique populaire à Genève et de la musique à vent en particulier,
  • fédérer toutes les sociétés qui ne sont pas encore entièrement intégrées au sein de l’ACMG,
  • passer d’une gouvernance cloisonnée à une gestion collaborative et inclusive,
  • maintenir le cap de la numérisation de l’ACMG mise en place il y a déjà plusieurs années, tant en termes de gestion que de communication,
  • optimiser les ressources financières de l’ACMG par des partenariats durables,
  • mettre en conformité les règlements de l’ACMG par rapport aux futures modifications statutaires de l’ASM.

Pour obtenir l’efficacité escomptée, l’ACMG devra mettre en place un centre de service pour l’administration, la communication et les finances. Sa forme définitive est à l’étude, mais une mutualisation entre les sociétés – voire au niveau de la Suisse romande – n’est pas exclue.

Le même niveau de connaissances et d’information pour tous

Le 28 février dernier, les représentant(e)s de toutes les sociétés de musique du canton ont été invité(e)s à une séance d’information, indispensable pour mener à bien un tel projet de transformation. La forte affluence a prouvé la pertinence de la démarche et prouvé l’intérêt qu’elle suscite.

Dans un premier temps, l’activation de «Hitobito» – plateforme collaborative nationale – par toutes les sociétés constitue l’un des fondements qui permettra de coordonner et d’harmoniser la gestion au niveau de l’ACMG. Cette soirée informative a été l’occasion de rappeler les avantages et possibilités ainsi offertes gratuitement aux sociétés – «trucs et astuces» – notamment pour la gestion de leurs membres.

Le comité cantonal a pu constater – c’est à signaler – que les fichiers sont dans l’ensemble fort bien tenus, mais qu’il manque aux gestionnaires des sociétés des informations générales sur l’outil informatique mis à disposition.

De plus, certains éléments dans les statuts doivent être redéfinis, à l’image de la qualité de membre ou des distinctions d’ancienneté. Un manuel d’utilisation partiellement en français répondra à ces besoins.

Image positive

Dans un deuxième temps, un événement fédérateur permettra de dynamiser davantage encore cette optimisation: le nouveau «Festival des musiques», qui aura lieu le samedi 8 juin 2024 à Carouge et associera tous les acteurs de la musique populaire et à vent. Dans cette optique, les nouveaux membres du comité prendront contact avec toutes les sociétés pour les inciter à participer à ce grand moment musical.

Par ailleurs, pour se distinguer des traditionnelles «fêtes cantonales», le concept et la gestion de l’événement ont été confiés à un comité de pilotage réunissant les diverses entités cantonales de la musique à vent. Ce nouveau festival proposera un programme adapté aux besoins et envies des sociétés, tout en gardant trois objectifs principaux, à savoir placer la musique au centre des intérêts, renforcer la convivialité et confirmer l’image positive du mouvement au sein de la population.

Le comité cantonal ne chômera donc pas au cours des 18 prochains mois. S’il peut s’appuyer sur des sociétés membres solides aux propositions innovantes, il peut également compter sur la collaboration de l’ancien président pour la mise en place des différentes mesures et actions. Pour une transition garante d’un bon fonctionnement de l’ACMG et d’une expérience humaine enrichissante. Un bilan de cet ambitieux plan d’optimisation et de transformation de l’ACMG sera dressé fin 2024. Mais la simple mise sur pied de ce concept est déjà, en soi, une réussite dans la perspective du changement.

Partager l'article
Facebook
WhatsApp
Email
Telegram
Table de contenu

Ceci pourrait aussi t'intéresser